Synthèse

2 libellules : Agrion de Mercure (1044), Cordulie à corps fin (1041)

3 papillons : Damier de la succise (1065), Cuivré des marais (1060), Laineuse du Prunellier (1074)

2 mammifères carnivores : Loutre (1355) et Vison d’Europe (1356)

7 ou 8 espèces de chauves-souris : Petit rhinolophe (1303), Grand rhinolophe (1304), Rhinolophe euryale (1305), Barbastelle (1308), Minioptère de Schreibers (1310), Murin à oreilles échancrées (1321), Grand murin (1324) et Petit murin (1307).

Quelques photographies

Minioptère de Schreibers
Minioptère de Schreibers
Grand rhinolophe
Grand rhinolophe
Murin à oreilles échancrées
Murin à oreilles échancrées
Grand murin
Grand murin

Bilan

Au vu des espèces et des habitats présents, des objectifs de gestion sont définis. Ils sont liés à la conservation et à la gestion des habitats et des espèces sur le site :

–  Maintenir les habitats de pelouses sèches (O) 11

– Restaurer les habitats de pelouses sèches (O) 12

– Mettre en place une gestion extensive des habitats par pâturage (O) 13

– Maintenir les surfaces en herbe sur le site / au niveau de la Sandonie (O) 14

– Favoriser des habitats diversifiés (O) 15

– Limiter la fréquentation du gouffre /assurer la tranquillité et la pérennité des colonies de Chauves-souris (O)16

 

A l’échelle du site, trois enjeux ont donc été identifiés au sein du document d’objectifs (document de gestion). Il s’agit de :

– la conservation des pelouses sèches des coteaux calcaires,

– la conservation des milieux humides et du cours d’eau

– la préservation des chauves-souris et de leur gîte de reproduction et d’hibernation.

 

L’enjeu des pelouses sèches des coteaux calcaires :

L’abandon des pratiques agricoles, notamment des parcours anciens, sur ces coteaux calcaires est à l’origine de leur colonisation par la végétation arbustive et/ou de leur envahissement par la litière herbacée. Les effets de cette déprise se traduisent par une dynamique naturelle retrouvée de la végétation, accompagnée d’une perte des richesses biologiques (flore, faune des milieux ouverts) mais aussi paysagères. L’espace se ferme montrant une homogénéisation de sa végétation et une disparition des espèces les plus sensibles.

Afin de limiter les effets de cette déprise, il convient de maintenir ou de restaurer des milieux ouverts par des opérations de débroussaillage. L’objectif est alors de permettre le maintien, voire le retour, d’habitats diversifiés ainsi que des cortèges floristiques et faunistiques caractéristiques ou d’intérêt de ces faciès ouverts.

 

Objectifs : Limiter le recouvrement arbustif – Limiter la litière herbacée – Diversifier les habitats et les faciès de végétation.

Préconisations : – Exportation des rémanents – Conservation de zones refuges (maintien d’un seuil de recouvrement sous la forme d’arbres isolés, de genévriers, de bosquets) – Intervention en automne / hiver.

débrou

En parallèle, le parcours d’animaux de races rustiques adaptées aux conditions difficiles des coteaux calcaires constitue un apport non négligeable pour l’entretien des zones restaurées. L’objectif est de maintenir et de diversifier les habitats en favorisant une strate herbacée basse, en contrôlant / limitant les espèces envahissantes comme le brome ou le brachypode, les arbustes colonisateurs tels que le cornouiller, le prunellier ou la ronce…

Par l’action combinée du parcours et de la gestion courante développée en parallèle, les faciès de végétation sont maintenus ouverts et à des stades peu évolués dans la dynamique végétale, contribuant ainsi au maintien d’habitats et d’espèces dans des conditions favorables.

paturage_PFApaturage2_PFA

 

 

 

 

 

 

 

 

Objectifs : – Mettre en place une gestion adaptée aux spécificités du milieu – Gérer des habitats diversifiés.

Préconisations : – Conduite du troupeau en parcours afin d’adapter le parcours des animaux en fonction des objectifs recherchés et de la nature des faciès de végétation parcourus – Limitation du passage et du stationnement des animaux sur les zones sensibles (soumises à l’érosion sur de fortes pentes, intérêt particulier…) – Pâturage mixte et complémentaire (brebis et chèvres).

 

L’Enjeu des milieux humides et du cours d’eau :

La principale action concerne le maintien des prairies humides du vallon de la Sandonie. En parallèle, des mesures complémentaires relatives aux espèces et à la gestion des cours d’eau et de la végétation rivulaire sont proposées afin de répondre à leurs exigences biologiques ou à des aménagements futurs.

Ainsi, en complément des actions de maintien et de gestion extensive des surfaces en prairies, il est proposé des actions de :

– gestion / entretien de la végétation rivulaire,

– gestion douce / restauration du cours d’eau,

– reconversion de terres arables en herbages extensifs.

Les mégaphorbiaies riveraines des plans d’eau (souvent linéaires) constituent des habitats pour certaines espèces comme les libellules ou les papillons. Il convient de n’opérer qu’une simple maîtrise de la dynamique de ce type de végétation afin de maintenir en partie cet habitat et ses potentialités d’accueil pour les espèces concernées. Le maintien et l’entretien d’une bande de végétation sera alors favorable aux maintiens de l’habitat et des espèces qu’il abrite.

 

Objectifs : – Diversifier les habitats et les micro-habitats humides – Favoriser les effets de lisière.

Préconisations : – Absence de travaux mécaniques dans le lit du cours d’eau.

 

L’enjeu chauve-souris :

Le facteur de régression des colonies de reproduction des chauves-souris et plus particulièrement du Minioptère de Schreibers est en grande partie dû au dérangement et aux modifications apportées au niveau du gîte (tranquillité, accessibilité …). C’est aussi une espèce qui ne supporte pas la pose de grille comme cela peut être mis en place pour d’autres espèces en vue de préserver le gîte.

Les milieux environnants sont aussi utilisés par les espèces en période de reproduction par rapport aux ressources alimentaires qu’ils offrent.

P1000567 copie

 

Objectifs : – Préserver des conditions d’accueil favorables aux chauves-souris.

Préconisations : – Délimitation et matérialisation d’un périmètre de protection autour du gouffre. Sensibiliser et Limiter la fréquentation.
Un des grands objectifs du site est de valoriser et sensibiliser aux richesses du site. Dans ce cadre, des animations de sensibilisation à destination du grand public et des acteurs du territoire sont réalisées. La journée du 28 Mai 2011 avait permis de faire découvrir à un large public le patrimoine naturel et historique/ archéologique du site. Cette balade printanière a dévoilé les richesses des pelouses sèches (faune et flore) et des mystérieuses espèces de chauve-souris.

fiche journée 28 Mai Sandoniefiche journée 28 Mai Sandonie